Les dérives faîtes avec la science

Les dérives faîtes avec la science

6 août 2019 0 Par   kevin cornet

Introduction

Les dérives avec la science.

Bien le bonjour, dans cet article, j’aimerai parler avec vous des dérives, des choses terribles que nous avons engendré avec la science. Comme dit dans un précédent article, je ne tiens en aucun cas responsable la science. Elle est en soi un potentiel pouvant être bien ou mal mené..
Hélas, de nos jours, une partie de la recherche et du développement en sciences sert des intérêts économiques peu scrupuleux. La science se trouve souvent esclavagisée afin d’avoir toujours plus de pouvoir, toujours plus
d’argent au mépris de l’humanité et de notre planète. Je regrette que cela ne soit pas souvent dit en cours de maths ou de physique-chimie. L’éducation est fondamentale, c’est le choix des générations futures qui orientera l’histoire de l’humanité. La sensibilisation doit se faire autant dans la sphère privée qu’à l’école avec un message cohérent.

A travers cet article, je vais parler de sujets qui fâchent. Cela, afin de convaincre certains de la nécessité de donner une fin bienveillante pour chaque projet, chaque recherche scientifique faîtes sur cette planète.

Les dérives : Les médicaments

Dans notre histoire, l’humain n’a jamais aussi peu écouté, observé la nature pour la comprendre. Alors qu’en fait, il pourrait par exemple en tirer des recettes pour se soigner sans effets secondaires. De nos jours, c’est bien l’appétit sans fin des hommes pour le pouvoir et l’argent qui nous écarte en grande partie de la nature. Qui pourrait fonder un business ultra-rentable sur l’herboristerie ?

Il faut que les gens consomment et il faut qu’ils reviennent.. (référence : obsolescence programmée). Il n’y a qu’à voir le nombre d’effets secondaires que provoquent tout ces médicaments qui sont prescrits ! Et voyez toutes les précautions à prendre …Il y en a certes quelques un dans le lot qui rendent de grands services comme le paracétamol (et encore à vérifier ..). Mais, j’ai bien l’impression que ces médicaments provoquent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent que cela soit volontaire ou pas. On transforme la nature puis on met sur le commerce des molécules alors qu’il n’y a aucun ou trop peu de recul concernant l’impact provoqué sur la santé humaine.
Faut-il attendre qu’il y ait des victimes ? Pourquoi ne pas privilégier ce qui a fait ses preuves ?

Ce que je pense bon de faire

Pour ce faire, je vous suggère de favoriser les recettes de grand-mère tout ce qui est proche de la nature, tout ce qui n’est pas transformé à l’échelle atomique mis à part les molécules qui ont fait leurs preuves depuis des générations. Fuyez le plus possible les molécules synthétisés par les laboratoires en bourse.
La raison est simple, les entreprises qui sont en bourse y sont surtout pour capitaliser. Elles y sont pas surtout pour bien s’occuper de monsieur/madame tout le monde.
Il y a peut-être des exceptions mais elles se font à mon avis très rares ! Trop rares à mon goût pour risquer sa santé !

Prenons maintenant un exemple pour illustrer la dangerosité de certaines molécules de certains laboratoires : le Mediator (appelé Benfluorex). Celui-ci a fait 49 victimes après environ 35 ans de commercialisation.
Suivant moi, soit on est capable d’étudier la dangerosité du médicament sans faire de victimes humaines ou soit on ne le commercialise pas.
Ce n’est hélas pas la philosophie des laboratoires côtés en bourse qui cherchent à capitaliser et non à soigner. Le serment d’Hippocrate, ça leur passe bien au-dessus de la tête.
Et la liste des scandales sanitaires s’allongent avec la Dépakine, le distilbène et bien d’autres encore.

L’alimentation

L’alimentation est un très grand fléau dans notre société et les dérives y sont monnaie courante.
Je vais vous prouver avec des chiffres que l’alimentation consommée actuellement est d’une grande nocivité. On en parle pas assez et en même temps, plein de gens vivent grâce à des produits toxiques pour la santé humaine.
Voyez la part des décès provoqués par l’alimentation !
Entre les cancers du pancréas (3,1% des décès), le diabète (6%), l’obésité (10,2%) et si l’on rajoute à cela le cancer du foie, de la cavité buccale et j’en passe, il y a au moins une personne sur 4 qui décède à cause de l’alimentation en France ! Je tiens à préciser que toutes les sources sont citées !

Regardez maintenant les produits proposés par nos industriels de nos jours ! Ne remarquez-vous pas que les listes d’ingrédients sont anormalement longues ?
Pensez-vous que les anciennes générations avaient besoin d’autant d’ingrédients pour faire un yaourt ?
D’une manière générale, je suggère d’éviter tout produit avec une liste d’ingrédients à rallonge. Par exemple, un industriel qui veut faire de la marge va mettre un arôme synthétique. Ensuite, il va rajouter des correcteurs pour que le goût soit plus réaliste. Puis, il va falloir que le produit tienne sur la durée pour ne pas perdre d’argent : les conservateurs. Et enfin, il va falloir que la couleur attire l’appétit du consommateur : les colorants.
On arrive comme ça à un produit très complexe alors que c’est à la base simple à faire, sacrées dérives !

Soyons vigilants aux dérives..

Je tiens quand même à préciser que certains additifs alimentaires ne sont pas toxiques ! Je vous suggère donc de vous référer à ce site internet qui répertorie la dangerosité des additifs alimentaires.
Remarquez tout de même que l’ajout de tout ces produits qu’ils soient toxiques ou non n’ont qu’un seul but : faire plus d’argent.

Ainsi, suivant moi, ce n’est pas avec la philosophie de marger à tout prix que la plupart de nos industriels vont réussir à faire des produits bons au goût et bons pour la santé.

Tout le monde ne peut certes pas se payer des produits d’une qualité supérieure mais de grâce à ceux-là, fuyez le plus possible toutes ces listes d’ingrédients à rallonge et privilégiez des produits simples : légumes, féculents, viande …

La nourriture est suivant moi de première importance. L’idée n’est pas de consommer à tout prix du bio et/ou du local mais de faire au moins les courses d’une manière plus consciente qu’auparavant. S’il est possible de faire bio et local, c’est un plus !
Car oui, je pense qu’il est possible de trouver des produits potables dans la grande distribution mais cela nécessite une grande vigilance comme l’utilisation de l’application YUKA ou la consultations systématique des listes d’ingrédients pour éviter toutes dérives.


Pour conclure, quoi qu’il arrive, il est très important de se demander quelle est l’éthique, quelle est la philosophie derrière cette entreprise, cette personne ? C’est en effet de là que va découler toutes les actions comme la création de produits alimentaires, de médicaments !

Et voici la fin de cet article, une deuxième partie aura lieu prochainement abordant de nouvelles dérives sur des sujets tout aussi sensibles !

Envie de communiquer ? Contactez-moi !

Envoi
User Review
0 (0 votes)