Emploi, comment le trouver ?

Il est très fréquent de sortir de son parcours d’études livré à soi-même dans le monde du travail à rechercher difficilement un emploi. L’orientation n’est pas toujours au top dans nos établissements scolaires.
C’est pour cela que je vais donner quelques clés pour rechercher efficacement du travail du moins ce que m’a appris mon expérience !

Première clé, le CV

Première clé, faire un bon CV. Renseignez-vous sur la forme à donner à votre Curriculum vitae en fonction du domaine économique que vous visez. Pour vous démarquer, vous pouvez si possible l’imprimer aussi en couleur.
Soyez synthétique et ne dépassez pas 2 pages ! Pour les formations et les expériences, affichez-les des plus récentes aux plus anciennes. Arrangez-vous pour qu’il n’y ait pas de trous, c’est en effet très mal vu par les recruteurs. En effet, ceux-ci peuvent penser que vous n’avez rien eu envie de faire pendant une année. Dans ce cas, valorisez cette période. Par exemple, vous avez approfondi l’anglais, vous avez appris à travailler en équipe, vous avez découvert de nouvelles cultures..

Pour les loisirs, ils doivent montrer que vous êtes dynamique, que vous voulez toujours vous surpasser et que vous avez l’esprit d’équipe. Vous pouvez choisir un sport collectif comme le handball, un sport individuel comme la course pour dépasser ses limites. N’hésitez pas à montrer que vous vous intéressez à la culture générale de votre domaine ! C’est encore plus le cas en informatique où il faut pouvoir assurer une veille technologique. Autre point, ne surchargez pas trop votre CV, laissez un peu d’espaces entre les lignes. Pour avoir différents modèles de CV, vous pouvez aller consulter ce site.

La lettre de motivation

Deuxième point, la lettre de motivation. Il faut convaincre que votre profil et l’entreprise sont en totale adéquation. Pour cela, mettez dans un premier temps en exergue l’entreprise, ses valeurs et tout ce qui vous ressemble.
Ensuite, faites le rapprochement avec vous-même en disant que vous partagez les mêmes valeurs, dites également toutes les connaissances, compétences qui sont demandées et que vous possédez également. Tout cela doit être rédigé naturellement en bon français. Maintenant, vous n’êtes plus dans l’obligation de rédiger une lettre manuscrite, vous pouvez l’imprimer car les temps changent ! Par contre, assurez-vous bien de toujours signer à la main, car la signature, c’est officiel, c’est la vôtre et pas celle de l’ordinateur.

Les sites Internet pour trouver un emploi

Pour la recherche de travail, plusieurs sites sur Internet sont incontournables ! De ce que j’ai vu, je vous conseille Indeed qui est un moteur de recherche d’emploi. Si vous êtes cadre, vous pouvez également aller sur Monster ou sur le site de l’Apec. Dans tous les cas, multipliez les sites, il n’y a pas une seule solution, mais un bouquet de solutions.

Les possibilités de LinkedIn

Assurez votre présence sur LinkedIn. En effet, les employeurs vont parfois sur ce réseau pour rentrer en contact avec vous. Sur ce site, vous avez la possibilité de jouer avec les relations, c’est à dire, vous pouvez investir le réseau d’une entreprise, d’une institution en rentrant en contact avec des personnes qui peuvent vous aider directement ou indirectement à trouver un emploi. Pour cela, n’hésitez pas à profiter de vos anciens collègues de promo ou ceux des années d’avant. Déjà en poste, ils ont un pied-à-terre dans l’entreprise et peuvent vous mettre en contact avec un recruteur. Des réseaux spécifiques peuvent aussi exister comme pour l’INSA qui propose de mettre en contact les anciens élèves des promos donc renseignez-vous. Si vous avez du mal à trouver des élèves des années d’avant, vous pouvez toujours chercher sur Facebook s’ils n’avaient pas créé un groupe.

Les annuaires

Autre clé pour la recherche d’emploi, les annuaires ! Vous pouvez commencer par les pages jaunes pour rechercher toutes les entreprises qui correspondent à votre recherche et envoyer une candidature spontanée. Cherchez également s’il n’existe pas des groupements d’entreprises dans votre domaine ! Pour l’aéronautique par exemple, il existe l’Aerospace Valley.

Les salons pour trouver un emploi

La meilleure solution suivant moi pour rechercher un travail, ce sont les salons ! Les recruteurs voient quelqu’un et pas un mail ou une lettre, les chances d’être recruté s’en retrouvent décuplées si vous savez bien en prendre parti. Soignez donc la forme comme le fond. Ayez une tenue irréprochable et renseignez-vous sur le Dress Code lié à votre secteur d’activité. Préparez également votre entretien en vous renseignant bien sur l’entreprise et en préparant vos motivations, vos raisons de rejoindre l’entreprise et les raisons qu’ils ont de vous embaucher. Privilégiez donc cette solution réelle à tout prix, ne ratez aucun salon ! Pour savoir tous les salon qui existent, vous pouvez aller un chercher un calendrier de salon qui regroupent toutes les dates dans votre ville comme sur ce site.

Vous pouvez également rentrer en contact avec des associations de dirigeants, des groupements d’entreprise afin de rencontrer un tel qui pourrait vous décrocher un entretien.

S’il est difficile de rentrer dans une entreprise, vous pouvez toujours faire une demande de stage ou travailler en tant que prestataire. Il sera ensuite plus facile d’être embauché comme vous serez connu plus ou moins étroitement pas l’entreprise.

C’est tout pour cet article, je vous dis à la prochaine ! Des questions, des remarques, contactez-moi !

Examens, évaluations, des clés pour réussir !

Dans cet article de cours particuliers, je vais vous livrer des clés pour que vous puissiez vous préparer au mieux à vos épreuves en tout genre (examens, évaluations, concours et bien d’autres..).

Travailler régulièrement

Dans un premier temps, il est capital de travailler régulièrement. Comme je l’ai dit dans un précédent article, le travail régulier établit une mémoire long-terme, vous n’aurez plus qu’à réviser un peu pour vous souvenir de ce que vous aviez travaillé auparavant. Si vous ne travaillez pas régulièrement, vous ne faites appel qu’à une mémoire court-terme ! Autrement dit, après les évaluations, vous aurez tout oublié .. Et lorsque l’examen arrivera, il faudra beaucoup plus travaillé qu’un élève qui a travaillé régulièrement toute l’année, donc c’est vraiment très important pour votre réussite !

Faites des exercices !

Un autre conseil, pratiquez ! C’est un conseil très donné, il faut s’exercer, répéter, répéter, répéter ! Je l’ai d’ailleurs indiqué dans ma page pédagogie du soutien scolaire. Pour cela, commencez déjà par bien faire tous les exercices donnés en classe. Comme ça, si vous bloquez, vous pourrez toujours demander de l’aide au professeur et vous comprendrez le pourquoi du blocage. Le fait de bien faire tous vos exercices vous assure de les avoir mieux compris après correction.

Ceci, étant fait, pour réviser, lisez votre leçon pour vous remémorer des points importants puis faîtes si possible un QCM pour contrôler que vous avez bien compris le cours. Ensuite, refaites tous les exercices abordés en classe. C’est déjà une bonne base de travail. Si tous les exercices sont maîtrisés, allez en rechercher des similaires dans votre manuel ou sur l’internet par exemple. Vous pouvez également refaire en autonomie les exercices corrigés du livre. Pour les Terminale et les 3ème, refaites aussi les exercices types bac et brevet.

Pour réviser efficacement ses examens, faites des fiches

Encore une clé pour la réussite, les fiches ! La plupart des cours contiennent beaucoup de volume mais, il y a en général beaucoup moins d’informations importantes. Faire une fois le travail d’aller chercher les points importants du cours, c’est ne pas perdre de temps à chercher l’information à chaque fois que l’on a besoin du cours. Sur les fiches, marquez que l’essentiel c’est à dire les théorèmes, propriétés, définitions, formules, démonstrations, graphiques et équations importantes…

Ceci est une liste non-exhaustive. Pour avoir une idée de comment faire des fiches, je vous conseille de vous inscrire gratuitement sur Schoolmouv qui, je trouve, a des fiches résumé de qualité.


Après avoir fait des fiches, le cours sera beaucoup plus clair pour vous et vous serez plus efficace ! Puis ça fait toujours du bien au moral de voir qu’un cours peut tenir sur aussi peu de place ! Pensez bien à soigner la présentation de vos fiches pour ça donne envie de les consulter..

Soignez la prise de note

Ceci m’amène à parler du conseil de la mise en forme. Soignez bien la prise de note de vos cours ! C’est toujours plus plaisant de travailler sur un cours joli à voir !
Profitez-en pour mettre en avant les éléments essentiels du cours comme titres, chapitres, théorème, formule afin de gagner en efficacité. De plus, le fait de soigner votre cours vous fait perdre moins de temps à vous relire.
Il est vrai que parfois, et en particulier pour les études supérieures, il est difficile à la fois de soigner son cours et de tout marquer. Allez donc à l’essentiel et n’hésitez pas à utiliser des abréviations pour gagner du temps ! Vous n’arrivez toujours pas à tout écrire ? Je vais vous proposer juste après plusieurs solutions que vous puissiez bien prendre tout votre cours convenablement.

Prenez bien tout le cours

Il est important, pour la réussite des examens de prendre tout son cours. Un cours, ce n’est pas des informations accumulées par-ci par-là, c’est un tout, et ce tout dégage toute une logique. Si des éléments manquent, cela peut vous bloquer la compréhension du reste du cours, donc soyez assidus et si vous êtes malades, assurez vos arrières afin que vous ayez toujours la possibilité de rattraper votre retard.

Je vais maintenant vous donner une série de solutions vous permettant d’avoir toujours tout votre cours même si la prise de note est trop rapide. Comme dit au-dessus, abrégez votre prise de note et si cela ne suffit pas, vous pouvez demander au professeur si vous pouvez faire un enregistrement vocal du cours.. Mettez en avant le fait que ça vous permet de mieux le mémoriser, car vous le réécoutez puis vous le réécrivez chez vous. Sinon, dites-lui aussi que vous ne pouvez pas prendre convenablement le cours, ça peut aussi fonctionner !

D’autres solutions existent ! Si vous écrivez rapidement à l’ordinateur, amenez-le vôtre, en faculté, j’ai déjà vu des étudiants le faire en cours ou demandez le cours numérisé du professeur. Il vous reste également Internet !
Savez-vous qu’il existe des sites où vous pouvez acheter des cours ? Ce site s’appelle Stuvia et il est particulièrement intéressant pour les étudiants (post-bac). En effet, les cours sont beaucoup plus difficiles à trouver à partir de ce niveau … Allez y faire un tour si vous ne trouvez aucune solution.

Autres conseils pour réussir ses examens

Trouvez le juste-milieu ! Ce que je veux dire par là, c’est, ne vous mettez pas trop la pression sans ça vous serez beaucoup moins productifs, mais ne soyez pas trop cool non plus, c’est un équilibre qu’il faut que vous trouviez !

Travaillez en groupe avec des gens que vous appréciez ! Bien sûr, il ne faut pas oublier de travailler donc fixez vous des objectifs à chaque début de séance. Prenez-vous une salle avec un tableau et c’est parti ! Le fait de travailler en groupe vous impose plus de travailler, car vous vous engagez à être à telle heure, à tel endroit puis vous bloquerez beaucoup moins sur certains points qu’en travail individuel ! L’ambiance n’est pas non plus la même à plusieurs !
Vous pouvez aller au passage cet article sur le travail en groupe.

Respectez une hygiène de vie que ce soit pour le sommeil ou l’alimentation ! Rien ne doit changer même en période d’examen, la santé, on ne joue pas avec ! Voici un article pour plus d’infos sur l’hygiène de vie pendant les examens.

Anticipez ! Pour le baccalauréat, après les vacances de pâques, il faut faire pleins d’annales !

Autres conseils pour réussir ses examens (suite)

Allez sur Labolycée pour la physique-chimie par exemple. Pour les contrôles classiques, ne révisez pas au dernier moment non plus !

Lors de l’examen, ne stressez pas et surtout relisez-vous ! Combien de fois, je vois des élèves perdre des points bêtement alors qu’une simple relecture aurait pu nettement améliorer leur note.

Commencez par ce que vous savez faire, vous aurez tout le temps ensuite de chercher le reste ! Vous assurez au moins un minimum de points puis en plus, ça vous donne de la confiance pour affronter la suite. Lorsque vous bloquez lors des examens, ne perdez pas trop de temps, dites-vous qu’il y a des points à prendre ailleurs aussi !

Soignez votre copie, un professeur pourra mieux vous noter avec une copie soignée, car il ne sera pas obligé de décrypter quoi que ce soit (en effet, c’est agaçant..).

Je vous suggère d’aller voir cet article pour bien réussir son bac.

L’échec, comment faut-il le vivre ?

Dans cet article, je vous invite à repenser ensemble notre vision de l’échec !

L’échec, une vision des choses relative

L’échec pour toute personne ayant vécu un tant soi a déjà été vécu plusieurs fois ! Et la plupart des personnes n’en sont pas mortes ! En fait, je pense que tout est dans la façon de voir l’échec. On peut le prendre trop à cœur et broyer du noir un bon bout de temps, mais on peut aussi se dire qu’il nous apprend quelque chose. Ce quelque chose nous permettra justement de mieux rebondir la prochaine fois.

Le négativisme

En France, notre vision de l’échec est dans l’ensemble vraiment à revoir ! Tant de gens le vivent mal ! En France, on nous apprend à suivre les règles, et si on a échoué, c’est qu’on n’a pas bien travaillé.. Bref, le côté constructif de l’échec est mis à la poubelle. Où est donc la vision évolutionniste dans tout ça ?
C’est pourquoi, ce sujet me tient extrêmement à cœur et s’il peut changer la vie de certaines personnes, ce serait une grande joie pour moi !

Le constructivisme

Nous sommes là pour expérimenter ! Depuis tout petit, c’est ce que nous faisons ! Nous sommes tous tombés avant de pouvoir bien marcher ! Et alors ? Est-ce que ça veut que nous fussions voués à toujours tombé ? Bien sûr que non, c’est notre persévérance qui nous a fait accéder à la réussite !
Cette vision de l’échec, nous devrions la généraliser à tous nos projets, à nos relations aussi, car on a le droit de se tromper, nous ne sommes pas nés avec la science infuse ! Voici un article qui vous dit comment accepter l’échec.

S’il y a un pays assez au point sur l’échec, ce sont bien les Etats-Unis ! Ce pays libéral est le pays ou tout est possible, le fameux rêve américain ! Henry Ford, natif des Etats-Unis est devenu célèbre pour la marque qui porte son nom et il disait : « Échouer, c’est avoir l’opportunité de recommencer de manière plus intelligente ».
Je vous suggère au passage d’aller voir cet article sur la culture de l’échec.

L’échec dans l’éducation

Regardons maintenant notre système scolaire. Les observations des professeurs lors des évaluations ne sont pas toujours dans cette philosophie comme le fameux « Travail insuffisant ». Très bonne observation pour remonter la confiance en soi ! Si l’élève n’a aucune volonté, autant ne rien mettre plutôt que de l’enterrer. Je vous invite d’ailleurs à aller voir mes articles sur l’éducation nationale : ce qu’il faut changer & ce qu’il faut garder.
Les parents jouent aussi un grand rôle pour la réussite de leurs enfants. S’ils mettent trop la pression et qu’ils disent des phrases du genre : « Si tu ne réussis pas, tu finiras à la rue » , c’est quand même pas la même chose que de dire : « Quoi que tu fasses, si tu veux le faire fais-le, il y aura toujours quelque chose à apprendre. »

C’est toute une éducation à changer et heureusement, j’ai bien l’impression que ça commence à changer !
Auparavant, il fallait avoir une bonne place dans la société, mais force est de constater que ce n’est pas ce qui rend forcément heureux !
Ce qui rend heureux, c’est de faire quelque chose qu’on aime et qui nous fait vivre ! Peu importe le temps que ça prend, peu importe les échecs et ce que disent les autres, si on est vraiment volontaire, il n’y a pas de raison que cela ne se fasse pas un jour. Ce blog vous donne des infos supplémentaires sur le fait de faire un métier qu’on aime.

Personnellement

Personnellement, j’aurais pu être ingénieur, mais je tenais véritablement à être mon patron et à enseigner ! Il y a toujours le discours élitiste qui dit que j’aurais pu être très confortable avec ce métier ! Mais faut-il encore être prêt à faire parfois 50 heures par semaine avec des responsabilités, de la pression !
C’est pour cela que je me suis lancé dans ce projet, car pour ma qualité de vie, je ne me voyais pas rendre des comptes, et dépendre d’autrui ! Ceci n’est que mon avis et aujourd’hui, je rédige des articles pour être plus visible ! Rien ne me garantit que ça va marcher, mais la perspective de faire quelque chose que j’aime et que je puisse en vivre m’anime ! Et quand bien même ça ne marcherai pas, je trouverai d’autres solutions afin de réaliser mon projet !

C’est pareil dans les relations humaines ! Il est clair qu’une rupture apporte souvent son lot de souffrance, mais d’une rupture, on peut toujours en tirer quelque chose pour être plus grandi ensuite..

Pour conclure

Bref, tout ça pour dire que l’échec scolaire n’est pas une tare, on peut être en échec une année puis repartir d’un bon pied une autre. L’école n’est pas non plus adaptée à tous les enfants aussi.. Certains sont plus manuels, d’autres plus intellectuels, mais sans manuels, tout reste sur du papier (bon courage pour construire une maison avec du papier.) et sans intellectuels, il est difficile de faire des plans .. Il n’y a pas de sous-métiers tant que la profession est positivement utile pour la société !
Là aussi, il y a des mentalités à changer sur ce point ! On voit qu’un échec pour certains est tout simplement une vision erronée de la réalité !

C’est ainsi que se termine cet article, comme toujours, s’il y a d’autres idées, parlez-moi en dans les commentaires !

Au plaisir !

L’éducation nationale, ce qu’il faut changer !

Après avoir abordé dans un précédent article les points positifs, je vais partager avec vous (suivant moi) ce qui devrait changer !

Les rythmes scolaires

Pour ce premier point de changement, j’aimerais parler avant tout des rythmes scolaires !
Premièrement, nous avons en France le rythme scolaire le plus soutenu de toute l’Europe comme le prouve cet article sur les rythmes scolaires !
Quand on y pense, comment est-il possible de rester concentrer plus de 6 heures par jour ? Les enfants s’épanouissent-ils à rester du lundi au vendredi sur une chaise ? Où est le mordant de la vie là-dedans ? Nos voisins allemands et finlandais l’ont très bien compris ! Les cours dans ces pays s’arrêtent vers 13 / 14 heures laissant le temps à nos chers enfants de s’épanouir à travers des activités dites périscolaires comme des activités sportives ou culturelles (Danse, cuisine, chant, peinture … ). Cela donne déjà plus envie, vous ne trouvez pas ?

Imaginons le bien que procure ces activités dans la construction de l’enfant.. Il apprend véritablement à se connaître à travers différentes activités ! Si beaucoup de nos jeunes en France ne savent pas quoi faire, c’est aussi parce qu’on ne leur propose pas suffisamment d’activités suffisamment longtemps leur permettant de se découvrir, tout un programme !

Vous trouverez des informations montrant l’inadéquation totale entre les rythmes scolaires et les rythmes biologiques.

N’hésitez pas non plus à consulter mon autre article sur le sujet du temps à l’école.

Trop de théorie tue la théorie !

D’ailleurs, ne trouvez-vous pas que l’enseignement en France est bien trop théorique ? De mes souvenirs, j’ai eu un seul stage jusqu’à la troisième, comment l’élève peut-il savoir ce qu’il veut s’il n’a rien ou quasiment rien pratiqué ? Doit-on attendre l’âge de 16 ans pour confronter nos enfants au monde du travail ? Je pense sincèrement que si les cours finissaient plus tôt comme en Allemagne, cela laisserait pas mal de temps aux élèves de découvrir différentes professions un peu comme le compagnonnage, mais ce serait chaque après-midi par exemple. De plus, cela ferait une coupure nette avec les cahiers rendant la vie de nos enfants beaucoup moins monotone et routinière.. Pendant ces créneaux des après-midi, il y aurait aussi du temps pour sensibiliser nos jeunes à la culture et à l’art..


Hélas, le constat est tout aussi dramatique après.. Je n’ai pas eu un seul stage, je ne dis bien pas un stage pendant toutes mes années de Lycée mis à part quelques travaux pratiques.. La réalité, est-elle aussi simple ? Pourquoi nos lycéens ne pourraient-ils pas aller rencontrer des professionnels de leurs filières toujours durant les après-midi ? Certains me diront que les profs ne ne peuvent pas boucler le programme, on va y venir au prochain paragraphe !

Il m’a fallu attendre ma troisième année de licence soit 5 ans de plus pour avoir le droit à mon deuxième stage ! La réalité, c’est qu’entre temps, nous nous ne voyons pas la réalité de ce que nous apprenons et les désillusions peuvent être bien nombreuses.. Nous devrions favoriser davantage le contact entre l’école et le monde du travail. Pour le moment, l’enseignement pour moi, c’est surtout de l’intellectualisme !

Du savoir inutile :  changer les programmes pour un contenu plus personnalisé

Parlons maintenant des programmes scolaires ! Pensez-vous qu’il est logique d’apprendre des choses (surtout au lycée et aux études supérieures) dont nous ne nous ne resservirons plus jamais ensuite, même pas dans nos métiers ? C’est une grande perte de temps et d’énergie. Je vais vous partager ma vision des choses, loin de moi l’idée de dire que c’est la meilleure. Après avoir été sensibilisé à un grand nombre de professions, après un profilage élaboré au collège, l’enfant choisit une voir des professions qui lui ont plût ! Il n’aura qu’à apprendre que la théorie nécessaire pour mener à bien sa profession. Il sera donc en alternance théorie/pratique lui permettant d’avoir une visions plus claire de ce qu’il fera par la suite !

Si l’élève est conquis par une profession, il recevra un programme théorique et pratique complet de celle-ci tout en sachant qu’il sera toujours possible pour quiconque d’apprendre de nouvelles professions.. J’imagine que cela doit être plus difficile à mettre en œuvre, mais voilà l’idée !
Tout cela pour dire qu’il faut arrêter de remplir la tête de nos enfants de choses inutiles, qui ne serviront jamais, tout ce temps perdu aurait pu servir à la connaissance de soi et bien d’autres choses beaucoup plus utiles…

Et l’école de la vie dans tout ça ?

L’école devrait aussi apprendre à savoir comment vivre, comment réagir ! Il serait intéressant de faire des travaux pratiques ! Par exemple, Théo a volé le sac de Ronald, comment Ronald doit-il réagir ? Il y aurait des tests en situation réelle et cela pourrait changer radicalement les comportements de notre société. On pourrait également faire cuisiner un gâteau et faire balayer autant les garçons que les filles pour casser certains préjugés..
Hélas, nous ne permettons pas à nos enfants d’apprendre et d’expérimenter tout cela. Ceci engendre d’ailleurs beaucoup de souffrances quotidiennes dans notre société contemporaine.

La préparation des professeurs

Du point de vue des professeurs, préparons-nous convenablement ceux-ci à bien gérer les comportements ? Réponse, non et devrait changer. Du coup, une majorité de la classe ne peut pas suivre le cours à cause d’une minorité qui n’est pas sous autorité du professeur. Le CAPES devrait inclure une formation pratique permettant de pouvoir tenir une classe !

Autre coup de gueule, qui est envoyé dans des zones difficiles pour enseigner ? De nouveaux professeurs n’ayant pas assez de points.. Cela, ne devrait-il pas être le contraire ? N’est-ce pas à la base les anciens professeurs qui ont le plus d’expérience et qui savent gérer des comportements difficiles ?

Autre point à changer : La valorisation des professeurs

Enfin, mais comment sont valorisés nos enseignants ? Il faut parfois attendre plus de 5 ans si ce n’est plus pour être augmenté.. Sans parler de la pression exercé sur les jeunes professeurs pour boucler le programme. C’est normal qu’ils aient du mal, ils débutent ! En même temps, avec plus de formation et d’accompagnement, ils auraient peut-être pu boucler ce fameux « programme ».
Après nous savons aussi, que derrière il y a une réalité économique derrière ce manque de moyens …

Par ailleurs, vous trouvez ici un article expliquant pourquoi le métier de professeur n’est plus apprécié. En outre, cet état de fait explique en partie la pénurie dans les établissements. Cela explique aussi le manque de qualification des nouveaux arrivants qui sont parfois pris peu importe les résultats.

J’en ai fini sur les points à changer sur l’éducation nationale ! Si vous avez envie de réagir, de partager des idées, n’hésitez pas !

Au plaisir !

L’éducation nationale, ce qu’il faut garder !

Dans cet article, je vais vous proposer mon avis sur ce qu’il faut garder dans l’éducation nationale actuelle !

Garder les fondamentaux

Certes, l’éducation nationale est très décriée, mais il subsiste des points à garder tout de même !
L’éducation nationale nous apprend à nous exprimer de différentes manières ! Ce n’est pas rien tout de même ! Selon votre avis,
comment s’expriment les émotions si elles ne sont pas dites, écrites, dessinées.. ? Elles s’expriment par la violence, par les instincts !
Pas très joyeux tout ça pour une vie en société ! D’ailleurs, savez-vous quelle caractéristique ont une partie des individus qui s’expriment fréquemment par la violence ? Réponse, ils connaissent peu de mots ! Voici un article d’ailleurs qui relate la pauvreté du langage et ses conséquences !

C’est dire toute l’importance que revêt l’apprentissage d’une langue.
On a beau dire, mais cette mission, l’éducation nationale la remplit quand même assez bien ! Elle nous apprend à lire, donc à avoir la possibilité d’acquérir des connaissances, mais aussi des choses pratiques comme comprendre un contrat, faire une recette, s’évader dans un roman …
Elle nous apprend à parler, à échanger avec nos semblables, pré-requis indispensable pour pouvoir se construire et vivre en société ! Avouez qu’il est tout de même fort agréable de raconter une blague qui plaît ! Il est aussi essentiel de confronter ses idées avec autrui pour se rectifier éventuellement.
Elle nous apprend à compter ! Mais qu’est-ce que c’est pratique pour gérer un budget tout de même. Sans ça, on finirait mal.

Histoire-géographie-maths

En dehors de ces grands primordiaux, l’éducation nationale nous donne des notions de géographie nous permettant d’imaginer le monde, d’en avoir une image.
La géographie permet aussi de se repérer dans l’espace, savoir essentiel lorsque l’on passe sa vie dans un espace-temps !

Quand on parle du temps, c’est l’histoire qui nous donne des notions de durée sur toute notre histoire et celle de l’univers, elle est la gardienne d’une mémoire collective. L’histoire est tout de même à prendre avec du recul..

Et la géométrie, il y en a partout ! La nature elle-même est remplie de géométrie. C’est quand même fort intéressant de savoir comment la nature se structure, se construit étant donné qu’elle est en dehors de nous et en nous ! Regardez-vous et observez cet axe de symétrie passant par le nez et le nombril ou cet ADN en double-hélice sans compter les ouvrages d’art construit par notre humanité ! Je vous suggère d’aller voir ce site parlant de la suite de Fibonacci et du nombre d’or. L’article met en valeur le fait que la symétrie est liée à la beauté.

D’autres matières à garder

L’éducation civique, la morale sont des disciplines essentielles pour apprendre à vivre en société ! Suivant moi ces matières devraient être encouragées et rendues plus pratiques..

La philosophie nous apprend à réfléchir par nous-même, à nous construire un esprit critique sur le monde. C’est vraiment une matière à garder voir à améliorer par l’approche qu’on lui donne !

Les langues nous ouvrent sur le monde, ce n’est pas avec 60 millions de personnes que nous pouvons communiquer, mais parfois des milliards ! En voyageant rien qu’au niveau européen, les langues nous permettent de découvrir d’autres cultures, d’autres visions des choses. Ceci étant, je ne pense pas les cours doivent être le format le plus présent pour l’apprentissage.

Le sport nous permet de maintenir une certaine hygiène de vie. Combien de fois ai-je constaté que j’étais beaucoup plus détendu, serein après le sport ! Puis le sport nous prémunit contre le diabète, l’obésité et bien d’autres tares qui assaillent notre humanité contemporaine.

Les arts nous permettent de nous exprimer différemment, et participent grandement à notre épanouissement.

Les relations humaines

L’enseignement est très important pour se construire, mais il y a autre chose qui est important à l’école, ce sont toutes les expériences humaines vécues. D’ailleurs, cet article souligne l’influence des relation humaines à l’école. Laissons pour l’instant de côté les points noirs. Comment se construire sans se confronter aux autres ? Jusqu’à l’adolescence, et même parfois plus tard, nous nous confrontons aux autres ce qui permet entre autres de rectifier notre comportement pour tendre vers l’équilibre. En apprenant de plus en plus de nos erreurs, nous progressons. Difficile de connaître certaines erreurs si nous ne vivons aucune relations amicales ou amoureuses ? Ces expériences, l’école le permet.

L’école permet également (tout dépend des professeurs.) d’apprendre une certaine discipline en plus du travail fait par les parents. On apprend aussi à ne pas couper la parole aux autres, à les écouter, tout un savoir-vivre ! Toutes les mauvaises pratiques, les mauvaises paroles sont également rectifiées..

Je pense que je suis très loin d’avoir tout dit, mais j’espère que cet article ouvrira les yeux sur le fait de l’importance de l’école ! Je vous invite à ne pas prendre pour argent comptant mes propos et à garder votre esprit critique à la lecture de cet article ce que je rappelle d’ailleurs en introduction de mon blog.

Au plaisir !

Quelle solution pour la réussite de l’avenir de son enfant ?

Voilà une question très difficile dont la solution varie chaque enfant. En effet, certains depuis tout petit savent ce qu’ils veulent faire et s’y accrochent. Dans ce cas, les parents n’ont plus qu’à soutenir leur fils/filles pour réaliser ce rêve. Nous avons la chance d’avoir encore une ascension sociale possible en France. Ce n’est pas le cas de tous les pays… Je vous invite d’ailleurs à aller voir ce documentaire sur la marchandisation de l’enseignement.

Mais quand l’enfant ne sait pas ce qu’il veut, c’est là que ça se complique.

Je vais vous proposer dans cet article quelques solutions à tester avec votre enfant.

Première solution : Les centres d’intérêts

Une des solutions peut-être d’analyser ses centres d’intérêt et de voir s’il n’existerait une profession qui se cacherait derrière..
Par exemple, beaucoup de nos jeunes sont attirés par les jeux vidéo actuellement. Derrière ce domaine, des tas de métiers se cachent comme graphiste, testeur, développeur informatique. Il faut juste veiller à ce que votre enfant aime ce métier et que celui-ci soit économiquement viable. Pour cela, il est fortement conseillé de se renseigner sur la tendance des marchés. Par exemple, il sera compliqué à l’avenir de faire comptable ou responsable financier. Cet article sur les professions menacées le montre.

Deuxième solution : Montrez l’intérêt de participer à la société

N’hésitez pas non plus à discuter avec lui. Certains adolescents s’opposent parfois à toute forme de société et refusent donc d’endosser un rôle quelconque.
Montrez-lui les avantages que la vie en société procure comme le confort, les jeux vidéos, l’électricité, le partage de connaissances.. Je vous dis cela car de nos jours, avec tout ce qui tourne sur Internet comme notamment les théories du complot, les lecteurs de ces théories se marginalisent, s’isolent et c’est un facteur à prendre en compte chez nos jeunes.

Faîtes-lui découvrir des gens passionnés

Si vous n’arrivez toujours pas à trouver une vocation pour votre enfant, vous pouvez toujours trouver un stratagème pour aller lui montrer une profession qui serait susceptible de l’intéresser.
Par exemple, vous pouvez aller voir un artisan qui est passionné par un métier en lui prétextant autre chose. Avec cette technique, il vaut mieux bien cibler quelque chose qui lui plaît dès le départ pour que soit efficace ensuite.

Autre technique, durant les vacances, vous pouvez organiser un voyage attrayant pour votre adolescent. Choisissez un endroit où il veut aller. Intégrez des visites qui permettront de cerner quels métiers seraient susceptibles de l’intéresser. Par exemple, organisez une visite dans un salon d’exposition présentant de nombreuses professions et voyez s’il manifeste un quelconque intérêt pour un domaine en particulier.

Ultime solution : Assurez en attendant l’avenir économique de votre enfant

Enfin, si malgré tout cela, rien ne se dégage, c’est que votre enfant ne se connaît pas encore suffisamment, le temps n’est pas peut-être pas encore venu pour lui de s’orienter. Une rencontre, un changement de vie pourrait le faire changer, donc surtout ne perdez pas espoir.

Je vous conseille dans ce cas précis de l’orienter dans une filière en accord avec ses notes ce qui lui assurera un bel avenir économique. Puis, si jamais votre enfant ne se plaît pas dans ce métier qui lui a été choisi par défaut, encouragez-le à tester une autre filière jusqu’à qu’il trouve chaussure à son pied.

Tout peut changer à tout moment, gardez espoir

De nos jours, beaucoup de gens font un travail qui ne leur plaise pas. Cependant, certains dans ce lot compensent par de très bonnes relations humaines au travail.
L’idéal étant bien sûr un métier qui nous passionne agrémenté de très bonnes relations humaines.
Alors, même si votre enfant change pour un métier qui ne lui plaît pas non plus, il suffit qu’il s’épanouisse avec ses collègues pour qu’il soit déjà plus épanoui…
Il restera à attendre que ses centres d’intérêt s’élargissent avec l’âge pour qu’il fasse quelque chose qui le passionne. En effet, nous avons un grand avantage avec la société actuelle : nous pouvons facilement nous reconvertir dans un autre domaine. Voilà un sacré avantage compte tenu du fait que nous changeons avec le temps et nos aspirations aussi du coup.

C’est ainsi que se termine cet article sur l’orientation de votre enfant. Si vous avez d’autres idées à ce sujet, commentez et j’enrichirai dans ce cas mon article.

Besoin de discuter sur le sujet ? Contactez-moi !

Au plaisir !

Quels paramètres choisir pour des cours particuliers efficaces ? Bien choisir le type de cours, son professeur et les matières.

Premier des paramètres : La/Les matière(s)

Un des premiers paramètres à prendre en compte est le « choix de la matière », il convient déjà de discerner dans quelles matières votre enfant a le plus de difficultés ! En effet, trop de cours particuliers tue les cours particuliers ! Vous risquez de surcharger votre enfant ce qui peut avoir pour risque le dégoût de l’apprentissage.
Par exemple, si votre élève a des difficultés en maths et en physique-chimie, tentez de trouver un professeur qui pratique ces deux matières.
Il vaut mieux avoir le moins de professeur possible pour que votre enfant puisse prendre ses repères.

Après, il est possible ne pas trouver de professeur polyvalent, dans ce cas, tentez de minimiser au maximum les intervenants.
Il vous sera toujours possible de changer de professeur si celui que vous avez choisi ne vous convient pas.
Centrez-vous donc sur les deux matières les plus difficiles et lorsque votre enfant sera plus à l’aise avec, vous pouvez éventuellement
prendre des cours pour d’autres matières dont les résultats sont assez faibles.

Le professeur

Les différentes gammes de prix

Un des paramètres les plus importants est le « choix du professeur » et la manière dont vous le cherchez. Les endroits les plus fournis en professeur actuellement sont le site du bon coin, mais aussi Superprof ou alors des entreprises comme Acadomia, Keepschool et bien d’autres !
Sachez d’ores et déjà que le prix reflète souvent la qualité du cours proposé ! Par exemple, pour un cours aux alentours de 10 euros par heure, n’espérez
pas obtenir des miracles. Pour ces prix, il s’agit principalement d’étudiants voulant arrondir leurs fins de mois, les cours particuliers ne sont
donc pas une vocation pour eux. Sans vouloir les dénigrer, les étudiants sont généralement peu expérimentés en terme de pédagogie. Après, si vous trouvez la perle rare, j’en serai ravi pour vous ! Ces étudiants peuvent également rendre de fiers services à des familles ayant très peu de moyen ! Il y en a pour tout le monde !

Pour commencer à voir une certaine qualité de service, il faut mettre environ 20 euros par heure (déduction fiscale comprise). C’est d’ailleurs en moyenne ce que coûte un professeur. Il est plus probable d’avoir à ce stade quelqu’un qui enseigne avec passion, patience et pédagogie !
En haut du classement, il est possible de trouver des professeurs à 25 voir 30 euros par heure. (déduction fiscale comprise). Cela est généralement justifié par la très grande expérience du professeur. Il peut proposer aussi des services en plus comme la correction d’exercices en dehors du cours, la possibilité d’appeler le professeur dès que possible pour avoir une réponse à un problème posé. Faites tout de même attention aux prix élevés qui, dès fois, ne sont justifiés d’aucune manière.

Un des paramètres les plus importants : Le choix du professeur indépendant :

Si j’avais un autre conseil à vous donner, je vous dirais de choisir un professeur indépendant ou un professeur ayant exercé à l’éducation nationale. Pourquoi ?
De grandes entreprises et des sites internet se partagent le marché du soutien scolaire toujours plus grand. Surfant sur la vague, ceux-ci n’hésitent pas à recruter des étudiants peu expérimentés pour des prix très élevés, car la demande est là !
Le rapport qualité/prix est souvent décevant alors que vous pourriez avoir quelqu’un de beaucoup plus expérimenté pour le même prix. En plus, plutôt qu’engraisser de grandes entreprises qui pensent qu’à faire du chiffre, vous pourriez faire vivre quelqu’un de sa passion, question d’éthique !
Pour trouver le bon professeur, n’hésitez pas à analyser également le plus de paramètres possibles. Analysez sa présentation, son expérience, sa pédagogie, car avoir un professeur indépendant ne suffit pas.
Enfin, si tous les signaux sont au vert, lancez-vous et l’expérience parlera !

Le choix du cours à domicile :

Le dernier des paramètres importants, le lieu. Favorisez des cours physiques. Beaucoup d’entreprises ou d’indépendants proposent des cours par webcam. Ces professeurs sont souvent à des centaines de kilomètres et dès qu’il y a un problème, c’est beaucoup plus difficile de rentrer en contact avec la personne. C’est même parfois impossible car le site en question ne le permet pas.
Au delà du suivi personnalisé, les cours à domicile apportent une véritable dimension humaine non-négligeable pour la qualité d’un cours.

Pour plus de d’informations, n’hésitez pas à aller jeter coup d’œil sur cet article pour les élèves en difficulté mais aussi ici pour le choix de l’intervenant.
C’est tout pour cet article, je vous invite à réfléchir sur ces différents points et n’hésitez pas à partager votre avis.

Quels paramètres choisir pour un soutien scolaire efficace ? Le temps.

Dans cet article, je vais partager quelques paramètres importants à prendre en compte pour que le soutien scolaire soit efficace. Le premier paramètre abordé est le temps.

Premier paramètre : le temps

Ce paramètre est à mon avis le plus important. En effet, il est indispensable de choisir la bonne durée, mais aussi les bonnes heures et la bonne fréquence !

Le temps : la durée

Elle dépend du niveau scolaire de votre enfant ! L’endurance d’un élève de sixième ne sera pas la même que celle d’un élève de terminale ! Si la durée choisie n’est pas assez grande, tout le potentiel de l’élève ne sera pas exploité. Si elle est trop grande, votre enfant risque de connaître une perte de motivation. (seul pré-requis essentiel pour que le soutien scolaire soit efficace). En effet, compte tenu que le cours est éprouvant, il risque de considérer celui-ci comme une tare. Hors, le cours est censé l’aider.

Voici les recommandations de durée du cours en fonction des niveaux :

Pour la primaire, compte tenu du bas âge, l’élève est vite déconcentré. Je recommande donc de ne pas dépasser 1 heure de cours.

Pour le collège, votre enfant commence à prendre de l’endurance. Suivant les profils, je recommande entre 1 heure et 1 heure 30 de cours.

Pour le lycée, l’élève a une endurance bien plus développée l’amenant à pouvoir faire des cours d’une durée de 1 h 30 à 2 h de cours. Cette recommandation est à adapter suivant les profils encore une fois.

Le temps : l’heure du cours

Compte tenu des emplois du temps de votre enfant en période scolaire, il est généralement possible de faire cours en semaine après 17 h et les journées du week-end.

En semaine scolaire, je recommande aux parents d’accorder un temps d’arrêt de 30 minutes à 1 heure. Il est en effet nécessaire que votre enfant puisse faire une coupure. C’est important pour lui de changer de contexte, cela rend l’expérience du cours d’après moins éprouvante, moins pénible. De plus, cela lui insuffle généralement un regain de motivation.

Après cette heure de pause, il est possible pour les enfants jusqu’au collège de faire cours jusqu’à 20 heures maximum. Dépassé ce créneau, l’enfant aura beaucoup de mal à se concentrer et ce ne serait pas pertinent d’imposer des cours si tard à cet âge.

Au niveau lycée, il est possible d’aller jusqu’à 22 heures à condition que votre enfant ait mangé juste avant (en faible quantité pour éviter les désagréments de la digestion et pour son sommeil).

Pour les week-ends et vacances scolaires, je recommande des cours entre 10 heures et midi pour que votre enfant puisse s’éveiller, prendre un petit-déjeuner copieux et profiter ensuite du cours sans que son estomac gargouille !
Concernant la reprise du travail l’après-midi, il est conseillé de ne pas reprendre de cours 2 heures avant d’avoir mangé, car l’attention est très basse compte tenu du fait que le corps à besoin de digérer. C’est pourquoi tous mes cours de l’après-midi reprennent généralement à 15 heures. Je vous invite d’ailleurs à aller voir ma pédagogie si cela vous dit.

Voyez les recommandations d’un chronobiologiste, spécialiste de la question.

La fréquence

Combien de fois par semaine faire cours ? Pour cette question, je répondrai que la bonne fréquence se situe entre une et trois fois par semaine en fonction de la période scolaire (vacances ou pas).

En période scolaire, si votre enfant a beaucoup de difficultés, optez pour 2 créneaux séparés minimum de 2 jours pour que celui-ci ait le temps de travailler de son côté, de faire les exercices demandés et qu’il n’ait pas l’impression de faire trop de soutien scolaire.
S’il s’agit seulement de renforcer des acquis, d’avoir un suivi régulier, une fois par semaine suffit amplement.

En vacances scolaires, il est possible d’aller jusqu’à 3 fois par semaine compte tenu du fait qu’il n’a pas école.. Il peut donc supporter davantage de charge de travail. Cette cadence peut être intéressante pour faire une remise à niveau avant la rentrée par exemple ou pour la préparation d’un examen (baccalauréat, brevet).

Donc, vous l’aurez compris, la fréquence des cours dépend principalement des besoins de l’élève (conforter des acquis, réviser un examen, palier à de grandes difficultés).

Pour des infos supplémentaires sur ce sujet, je vous suggère d’aller voir ce document.

Quelles sont les clés principales pour bien réussir son parcours scolaire ?

Il existe des points importants à connaître pour pouvoir réussir à l’école. Dans cet article, je vais vous en donner quelques-un, car loin de moi l’idée d’affirmer de tous les connaître. Ces points sont issus de mon expérience en tant qu’étudiant puis de professeur par la suite.

Premier point pour réussir : la régularité

Combien d’élèves, actuellement, travaillent seulement pour le contrôle ? Et pourtant, ce n’est pas une bonne stratégie, loin de là en effet… Lorsque l’on travaille une évaluation de la veille pour le lendemain, on entraîne sa mémoire court-terme.
Et de tout ce qui a été appris pour les contrôles, qu’en restera t’il pour l’examen de fin d’année ? Je ne dirai pas grand chose voir parfois rien du tout.
Il est donc nécessaire que l’élève prenne ce recul pour prendre conscience qu’un travail régulier lui sera plus favorable pour les examens de fin d’année.
En effet, en ayant travaillé régulièrement, c’est toute une mémoire à long-terme qui se met en place. De ce fait, l’élève n’aura plus qu’à retravailler un peu pour se rappeler des notions tandis que dans l’autre cas, il faudra tout réapprendre.

Il n’est pas demandé de travailler 4 heures par jour, seulement de 30 min à 1 h 30 maximum en fonction des niveaux devrait suffire à mon avis pour pouvoir assimiler durablement les connaissances. Puis qu’est-ce qu’il vaut mieux ? Travailler régulièrement sans se mettre la pression ou travailler au pied du mur 2 voir 3 fois plus parce qu’il n’y a pas eu de travail de fond sur toute l’année ?
Il est donc important de s’imposer des créneaux de travail journaliers, je recommande de faire tout de même une pause de 30 minutes à une heure après être rentré des cours afin de ne pas faire de burn-out !

Deuxième point : la concentration

Actuellement, la concentration est de plus en plus difficile. En effet, nous vivons dans un monde qui nous sollicite constamment (pub, notification de smartphone, sms …). Pourtant, celle-ci est très importante pour réussir son parcours scolaire. Je recommande d’ailleurs vivement aux parents de limiter l’exposition aux écrans à deux heures par jour maximum compte tenu des problème engendrés comme un développement des capacités intellectuelles ralenti ou une plus grande difficulté pour se concentrer. Concernant cela, je vous suggère d’aller voir cet article.

Plus la concentration est grande, mieux la connaissance sera assimilée, car elle sera comprise en profondeur et pas seulement en surface (comme lorsque l’on fait autre chose à côté). Cette assimilation plus profonde de la connaissance en cours permet à l’élève de moins travailler chez lui pour le même volume de cours. Il lui manquera certains détails, mais pas autant que celui qui n’a rien suivi. Hélas, notre système éducatif sollicite pendant trop de temps nos enfants, mais ceci est un autre débat…

Troisième point : l’hygiène de vie

Ce point est très important pour la scolarité de l’élève, mais aussi pour sa propre santé. Votre enfant doit dormir suffisamment et aucun laxisme ne doit avoir lieu de ce côté. Bien sûr, le temps de sommeil varie en fonction de chaque personne. Mais il se situe en moyenne à 8 heures par nuit. En effet, pendant ce sommeil, le cerveau continue à travailler. Il se répète ce qu’il a appris ce qui permet de mémoriser tout ce qui a été appris durant la journée. Aucune mémoire à long-terme ne pourra s’effectuer sans un bon sommeil. De mauvais sommeils peuvent mettre en péril le fameux examen de fin d’année. Voyez ce qu’en l’ article de ce site reconnu.

L’alimentation est aussi très importante ! Il faut veiller à bien prendre un petit-déjeuner le matin et à ne pas trop manger à midi. En effet, il y a un risque de s’endormir en cours sous le coup des 14-15 heures. Enfin, il faut bien penser à goûter à la sortie des cours. Cela permet d’avoir suffisamment de force pour les devoirs quotidiens (vous savez, le fameux travail régulier.). Dernière recommandation, le repas du soir doit être léger, sans ça, le sommeil risque d’être perturbé et par voie de conséquence, la mémorisation aussi.

Quatrième point pour réussir: bien écrire

Pour vous et pour les autres. Est-ce que cela donne envie d’apprendre lorsque l’on doit faire de la traduction avant de la compréhension ? L’idée est d’avoir envie d’apprendre et cela passe aussi par la forme donnée aux cours. Puis cela peut éviter de perdre des points bêtement lors des évaluations par exemple.
D’autant plus qu’un professeur qui a dû mal à comprendre une copie sera beaucoup moins sympathique dans la notation.

En guise d’approfondissement, je vous suggère d’aller ici.

C’est tout pour cet article, si des idées me viennent, l’article grandira dans ce cas ! N’hésitez pas vous aussi à poster vos idées via les commentaires ou par la page contact !

Pourquoi les cours de soutien sont-ils efficaces?

Dans cet article, je vais vous présenter plusieurs arguments en faveur des cours de soutien scolaire avec des liens à l’appui !
Le seul pré-requis demandé à l’élève est un minimum de volonté.

Premier argument pour les cours de soutien: l’adaptation

Premièrement, le soutien scolaire s’adapte. Loin d’enseigner les mêmes notions à une trentaine d’élèves avec un programme à boucler, le soutien scolaire s’adapte à votre enfant et donc à ses difficultés également ! Il en résulte donc une plus grande efficacité dans la transmission du savoir.
En effet, en classe, c’est un temps qui se divise pour vingt voire trente élèves si ce n’est plus ! Avec le soutien scolaire, ce temps est pour lui, rien que pour lui !

Par exemple, si l’élève se trompe, le professeur en classe peut mettre beaucoup de temps à aller consulter l’erreur qui a été commise, il n’a même parfois pas le temps d’aller l’aider, parole d’ancien étudiant.
Avec le soutien scolaire, le professeur peut directement l’erreur et donc rectifier le tir . Détail important, en soutien scolaire, il est possible de faire chercher l’erreur à l’élève afin qu’il s’en rappelle pour la prochaine fois.
Si l’élève a un doute, une question, le formateur pourra directement lui répondre ou lui laisser deviner..

Deuxième argument : l’approfondissement

Deuxièmement, le soutien scolaire vient approfondir les notions déjà abordées en classe. En quoi est-ce bénéfique ? La répétition est une clé importante de la pédagogie, le fait de revoir les mêmes notions avec votre enfant lui permettra de mieux assimiler. De plus, le fait de lui expliquer les notions sous un angle qui lui est adapté rendra la compréhension bien plus efficace ! Je vous invite d’ailleurs à aller voir cet article du journal le monde à ce sujet.

Troisième argument : le suivi personnalisé

Mais encore ? Je mets en avant pour ce troisième argument le suivi personnalisé.
Bien sûr, il y en a un dans l’éducation classique, mais sans dénigrer celui-ci, pensez-vous qu’il est aussi efficace ?
Un professeur indépendant, compétent est à même, à la fin du cours de proposer des exercices adaptés à votre enfant parce qu’en autre, il aura passé beaucoup plus de temps d’attention avec lui, parce qu’il aura pu pendant ce temps imparti repérer plus d’erreurs, plus d’insuffisances à corriger.

Il est donc bien plus capable de mettre l’accent là où ça bloque compte tenu de la proximité possible avec le soutien scolaire.
Le professeur indépendant est très disponible comme on l’a vu durant les cours, mais aussi en dehors des cours. Quel professeur classique peut-on appeler en cas de difficulté ?
Vous voyez donc la différence de disponibilité entre le professeur de classe et le professeur particulier avec votre enfant..
Je vous invite d’ailleurs à lire un article sur les bienfaits du suivi personnalisé.

Dernier argument en faveur des cours de soutien : le cadre de travail

Dans ce quatrième argument, je vous propose de parler du cadre de travail.
L’ambiance en classe est parfois très chaotique, un climat pas très propice pour l’apprentissage.
Au domicile, lors des cours de soutien, les conditions de travail sont réellement meilleures d’une part parce qu’il y a en général plus de silence, mais aussi parce que votre enfant se sent réellement en confiance chez lui. Cet environnement permet à l’enseignant de transmettre dans un cadre plus détendu favorisant un apprentissage efficace. Votre enfant se sent également plus en sécurité dans un milieu familier. C’est tout bénéfice pour l’élève et pour le professeur !
Pour les parents, cette relation de proximité permet entre autres d’être informé plus efficacement sur la progression de son enfant.

Je vous invite à consulter ce blog qui résume quelques-uns des arguments cités ci-dessus.

Et voilà pour cet article concernant les arguments en faveur du soutien scolaire à domicile ! Je vous invite à commenter si le cœur vous en dit ou à me contacter et je vous dis à bientôt !